Méthodes de travail : Décrypter les textes des registres paroissiaux.

Dans une généalogie, lorsqu’on se trouve dans une situation de blocage sur une branche, il y a peu de solution. Les registres anciens comportent très souvent des textes difficiles à lire. Internet, la lecture sur écran, la qualité des documents et la forme de l’écriture sont autant d’éléments qui rendent les textes indéchiffrables. Comment alors extraire d’un registre des informations fiables pouvant faire avancer sa généalogie ?

Un exemple
Dans mon cas, le problème se pose avec les Baudrier* originaires d’Avrillé lès Ponceaux un petit village d’Indre et Loire. Mon dernier document est un acte de mariage de 1735 alors que le registre le plus ancien pour ce village couvre la période 1608 à 1699. Contient-il des informations intéressantes ? La seule solution est donc de le lire de bout en bout pour essayer d’extraire un maximum de données. Un travail qui sera bénéfique.

* Les Baudrier sont des ancêtres de Caroline Beurois, la mère de mon grand-père Gaston Bonnet.

Etape 1 : La liste des données

Voici la liste des données que ce travail peut rassembler :

Les noms de famille
Il est très souvent impossible d’en décrypter l’orthographe exacte. Heureusement, à cette époque il y avait peu de familles et toutes avaient de nombreux enfants. Les mêmes noms reviennent donc en permanence et il sera facile de retrouver l’orthographe exacte d’un nom.

Les doublons
Dans un registre, le nombre d’individus portant le même nom et prénom est très important. Parfois dans une même famille, le prénom d’un enfant décédé sera réutilisé pour le prochain. De ce point de vue, les actes de naissance sont les documents les plus intéressants car ils sont nombreux et permettent de recomposer la famille au fil du temps.

Déménagement vers un autre village
L’absence d’acte d’une famille n’est pas anodine. Soit elle montrera que la famille était originaire d’un autre village, soit qu’elle a déménagé. 

Les informations complémentaires
Les témoins de mariage, les parrains et marraines apportent aussi leur lot d’informations et ne doivent pas être négligés. On y trouvera souvent le métier et la paroisse où résidait la personne recherchée.

Quelques subtilités de langage
Au fil de la lecture, nous comprendrons mieux certaines subtilités. Prenons un exemple avec le nom de « Baudrier » que l’on trouve aussi écrit sous l’orthographe « Le Baudrier ». Au départ, on peut penser que ces deux orthographes sont une évolution naturelle du temps. En réalité, on s’apercevra à de multiples reprises que les deux écritures apparaissent dans le même acte. Le premier « Le Baudrier » est cité dans l’acte lui-même alors que le second « Baudrier » en est la signature. On peut en déduire que ce dernier est le nom officiel alors que celui qui est précédé de l’article correspond plus à un langage parlé, utilisé dans les actes.

La compréhension complète de l’acte
Les actes sont toujours rédigés de la même manière. Certains mots seront mieux écrits dans un texte plutôt que dans un autre. Au bout de plusieurs pages on aura décrypté la totalité de l’acte et il sera alors plus facile et rapide de lire le registre.

Etape 2 : Collecte de l’information

Au final, on récoltera une somme très importante d’information qu’il faudra trier plus tard. Dans notre exemple, sur un total d’environ 600 actes, on en trouvera une centaine concernant la famille Baudrier. Une solution est de noter sur papier, au fur et à mesure de la lecture.

Exemple de notes relevées sur un registre paroissial

Exemple de notes relevées sur un registre paroissial

Ces notes pourraient comprendre 5 points sous la forme d’un résumé très simple : 

1,2 etc.
Un numéro de ligne, important pour retrouver ses notes. 

95d
Le numéro de la page du registre suivi de la lettre « g » ou « d » pour préciser « gauche »ou « droite » afin de retrouver l’original de l’acte.

Type d’acte
Utiliser les sigles conventionnels pour désigner les actes d’état civil :

  • “o” pour l’acte de naissance
  • “x”   pour l’acte de mariage
  • “┼” pour l’acte de décès

La date
Indiquer la date, même partiellement s’il manque le jour ou le mois.

Informations et conventions sur la prise de notes
Pour éviter d’écrire des dizaines de fois un nom de famille identique, il convient d’adopter une convention d’écriture. Vous trouverez un exemple ci-dessous :

Marie fille de Pierre et Marie Marchand – Parrain : Urban Le baudrier.

  • Les prénoms soulignés portent tous le nom de la famille recherchée : ici « Baudrier ».
  • Si l’orthographe du nom est différente, il sera alors noté en clair.

Noter aussi toutes les informations incomplètes ou isolées qui pourraient être utiles, sans oublier que chaque nom devra être rattaché à une famille.

Synthèse d'une prise de notes d'un registre paroissial

Synthèse d’une prise de notes d’un registre paroissial

Etape 3 : La synthèse

Une fois le registre lu et les prises de notes effectuées, un dernier travail est à réaliser. Il nous permettra de reporter sur papier les relations entre les personnes que nous avons trouvé et ainsi de recomposer la famille pour les ajouter dans notre arbre généalogique.

.

Etape 4 : Les résultats

Nous constaterons qu’il y a une absence de document entre 1610 et 1668 et que certain sont en double. Par ailleurs, beaucoup de pages sont mélangées, la chronologie n’est pas respectée. On le voit, seule une lecture complète du registre nous aura permit de mener à bien cette recherche.

Au total, elle nous aura permis d’effectuer une mise à jour des données pour 16 personnes, 10 enfants et 3 couples.

Acte de décès d'Urbanne Marchand du 12 juin 1681

Acte de décès d’Urbanne Marchand du 12 juin 1681

Le document le plus ancien devient l’acte de décès d’Urbanne Marchand du 7 juin 1681. Urbanne, femme de Pierre Baudrier était alors âgée de 50 ans. 1631 devient la date la plus ancienne pour cette famille. On apprend dans cet acte que Pierre Baudrier était meunier.

Par ailleurs nous avons trouvé des implexes c’est-à-dire une ascendance entremêlée. Jeanne Lebert et Michel Baudrier, qui se marient en 1803, étaient en fait de lointains cousins. Leurs arrière-grands-parents respectifs, Marie et Pierre nés en 1660 et 1670, étaient frère et sœur.

L’ensemble de ce travail aura duré un peu plus d’un mois.

Jean Claude

Copyright : Janvier 2016 – reproduction interdite des textes et photos interdite sans autorisation de l'auteur.

Source :

Archive de l'Indre et Loire : http://archives.cg37.fr//index_archive.php
registre référence 6NUM7/013/001 
Collection communale 
Baptêmes, mariages, sépultures, 1608-1699. 

 

 

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Me notifier des
avatar
wpDiscuz