Guerre 14-18 : Carnet de Poilu – Pages 4 et 5

Carnet tenu par Delesalle Gustave, Joseph, lors de la guerre 14-18.
page 4 et 5 sur 40

 

Note sur le mode de transcription :
– Pour plus de confidentialité, le nom des habitants est masqué (xxx)
– En fin de page, pour une bonne compréhension du texte, les phrases sont complétées.

 Lien vers les pages 2 et 3.  — Lien vers les pages 6 et 7.

page4-5

Transcription du texte

 

Page 4 (gauche)Page 5 (droite)
Affreux à voir les tués et blessés
Le 22 janvier, nouvelle arrivée de
taubes, bombe tombe deux maisons
au dessus du cantonnement, rue
Belle Rade pas de blessés.
Le 23, encore les taubes, fuite dans
les caves
Puis du 13 au 14 février de garde
à Malo. Le 14 départ pour Killem
arrivé à 4 heures bien fatigué et
tout trempé. Logés à la ferme
Mxxx Bien logé.
A la 10ème Cie je suis sous les
les ordres du capitaine Rogier
du lieutenant Bompain, du
lieutenant Alix, de l'adjudant
Cambrai et Lecorney mon
chef de section
La 9eme section ou je suis se
compose de Delesalle et Leblond
sergent, Vercek, Allaert,
Gillard et Sergez caporal
Killem. travail aux tranchées
Départ pour Malo le 6 mars
Nous quittons le 9 mars Malo
pour Koxyde bains. Logés dans
une villa située dans les dunes
Vue bombardée la côte par la
flotte française.
Mercredi 17 mars 1915 à 4 heures
départ pour occuper des
tranchées de premières lignes
en avant de Niewport que
nous traversons. Ville complètement
en ruine. Ma section
perd la liaison avec la tête.
Enfin nous réussissons à les
rattraper.

Document complémentaire :
Fiche du registre d’incorporation de Delesalle Gustave

Poster un Commentaire

1 Commentaire sur "Guerre 14-18 : Carnet de Poilu – Pages 4 et 5"

Me notifier des
avatar
Trier par:   plus récents | plus anciens | plus de votes
centre-social-monein.fr
Invité

« Les inventions que j’ai connues, conзues par des cerveaux de l’arriиre pour aider ceux de l’avant а gagner la guerre, йtaient rarement des rйussites. Je n’ai pas moi-mкme vu la brouette coupe-rйseaux de barbelйs en action, mais on disait qu’elle faisait un raffut terrible qui alertait l’ennemi, et qu’il fallait кtre fort comme un cheval pour la pousser sur un terrain non prйparй.

wpDiscuz