François Garinand : Anarchiste dans les années 1900

Cette page a été vue 97 fois depuis le 12 déc. 2016

J’avais déjà mentionné François Garinand, le frère de Marius, dans l’article « Deux frères condamnés à la prison » que j’avais écrit en mars 2015. Depuis, de nouvelles recherches m’ont permis de mettre à jour l’activité d’anarchiste de François. Voici donc un nouvel article sur l’oncle de Stéphane, Garinand.

De la naissance au mariage

Né le 4 février 1865 à Saint-Paul-en-Jarez, une petite ville de la Loire ,François est l’aîné d’une famille de quatre enfants. Grâce au recensement de 1866, on trouve la famille au 24 rue du bourg à Saint-Paul. François a 18 mois, ses parents Jean Louis et Marie Prunier, 25 ans. Un de ses oncles, François frère de Jean Louis, vit aussi avec eux. 6 ans plus tard, en 1872, on retrouve la famille qui s’est agrandie et habite à Lorette, au 80 de la rue Nationale. François à 7 ans et sa sœur Pierrette 5 ans. L’oncle François qui a 42 ans vit toujours avec eux. En 1885, lors du conseil de révision, il est dispensé du service militaire car il a trois doigts coupés à son pied droit. Il habite alors Terrenoire, une ville qui fait partie aujourd’hui de l’agglomération de St Etienne. En 1891, il vit seul à Rive de Gier, au 54 rue de Lyon. C’est là que le 20 juin de cette même année, il se marie avec Marie Louise Seyssel. Dans l’acte de mariage, ils reconnaissent un enfant, Claude, né 3 ans plus tôt en 1888 et dont ils déclarent être les père et mère.

Son activité d’anarchiste
Almanach du Père Peinard

Almanach du Père Peinard

Le mouvement anarchiste est né en France vers les années 1881. Les activités de François semble avoir commencé vers 1890. En 1892, il habite à Saint Chamond, au 4 rue Victor Hugo. Il est membre du groupe « Les amis de Ravachol » de cette ville alors que ce dernier vient d’être décapité le 11 juillet 1892 à Montbrison. Ravachol devient alors un mythe pour de nombreux compagnons et va faire l’objet d’un véritable culte de la personnalité. Nul doute que ces événements ont conforté François sur la voie de l’anarchisme. A cette date, il est correspondant du « Père Peinard » un journal hebdomadaire anarchiste qui distille à travers ses articles au ton populaire des attaques en règle contre le système politique et économique de l’époque. L’année suivante, en 1993, habitant au 23 rue de la Liberté, il constitue une bibliothèque pour le groupe, la lecture étant pour l’anarchiste un important vecteur d’idées.

6 Jours de Prison

Lors du conseil de révision de Saint Chamond, le 3 mai 1893, François Garinand et une dizaine d’amis organisèrent une manifestation.

Un nouveau 15 mai

Document dessiné par Nadar – BNF Gallica

Armés d’énormes gourdins, précédés de deux joueurs d’accordéons, ils traversèrent la ville en déployant un drapeau rouge et en chantant des chants révolutionnaires comme Le Père Duchesne et Les Anti-Patriotes, . Des agents de police se sont alors interposés. François Garinand les pris à partie en les traitant d’imbéciles, de cochons et leur disant qu’il se chargerai de les lyncher. Deux jours plus tard, il fut condamné à 6 jours de prison.
Le 21 novembre 1883, comme de nombreux compagnons de la région, il fait l’objet d’une perquisition

En Janvier 1894, il est arrêté à Saint Chamond avec Jean Cote et Neyret et a été accusé d’avoir distribué des brochures anarchistes à des militaires de Saint Chamond et d’Izieux. Lors de sa fouille, la police a trouvé une lettre de Sébastien Faure, Propagandiste anarchiste français de renommée internationale.

Disparu ?

François Garinand est inscrit à l’état vert N°4 des anarchistes. il s’agit d’un d’état des anarchistes signalés comme disparus ou nomades. On trouve des documents sur lui aux archives nationales section police générale. Déclaré disparu du département de la Loire, Il a été vu, au milieu de l’année 1900, circulant à pied dans le département de la Marne, à recherche de travail.

Détournement d’argent

En 1903, François est secrétaire à la Bourse du Travail. Il détourne deux sommes de 300 frs, l’une votée par le Conseil Général, l’autre accordée par le gouvernement. L’ administration de la Bourse du Travail de Saint Chamond dépose plainte. Malgré un mandat d’arrêt ce dernier reste introuvable. Le matin du 26 juin 1903, il se présente au commissariat central. Il est jugé le 7 juillet 1903, reconnait les faits, les regrettant profondément. Condamné à 6 mois de prison, il sort quelques jours plus tard le 22 juillet 1903.

Divorce

Le 26 avril 1904, sa femme Marie Louise Seyssel demande le divorce et l’obtient  » aux torts et griefs » de François qui est condamné à lui versé 25 frs par mois. Marie Louise à la garde de leur fils Claude qui a alors 16 ans.

Un exemple à ne pas suivre

Pour finir François Garinand est cité dans un journal socialiste « Le Peuple de Lyon » du 5 juillet 1903. L’article compare deux leaders socialistes à des « Garinand et Panel » auxiliaires d’un parti rétrograde et accusé de vol. L’article explique que des anarchistes étaient embauchés en période électorale par certains partis. François aurait-il fait de la politique ?

Les recherches sur la suite de sa vie et son décès sont demeurées infructueuses. Toutes informations sur le sujet seront les bienvenues.

Jean- Claude

Copyright - Décembre 2016 -
Reproduction des textes et des photos interdites sans l'autorisation de l'auteur

Sources :
- Archives de la Loire : Site web
- Dictionnaire des militants Anarchistes : Site web
- Gallica BNF : Site Web
- Fiche Ravachol sur Wikipedia : Site Web
- Presse Ancienne : Le stéphanois, Journal de Vienne, Le Peuple, Express du Midi, 
Le républicain
- Archive Nationale - Section Police Nationale
Ligne de vie de François Garinand

DateAgeEvènementLieu AdresseDétails
05 02 18650NaissanceSaint-Paul-en-Jarez (42740)Père : Jean Louis
Mère : Marie Prunier
Ainé de la famille
01 08 186618 moisRecensement24 rue du Bourg
Saint-Paul-en-Jarez (42740)
Vit avec ses parents Marie et Jean Louis.
Est aussi présent dans la famille, le frère de Jean-Louis, François âgé de 38 ans
27 09 18672 ansNaissance de sa 1ère sœurSaint-Paul-en-Jarez (42740)Pierrette
09 04 18705 ansNaissance de sa 2ème sœurLorette (42420)Marie Anne
10 02 18715 ansDécès de sa 2ème sœurLorette (42420)Marie Anne
18727 ansRecensement Lorette80 rue nationale
Lorette (42420)
Vivent à cette Adresse :
Jean Louis 32ans - Marie 30 ans -
Francois 7 ans - Pierrette 5 ans -
Francois, frère de Jean Louis 42 ans
02 10 18727 ansNaissance de son 1er frèreLorette (42420)François Marius
1876Recensement LoretteAbsent du recensementActe de naissance
01 06 187914 ansNaissance de sa 3ème sœurTerrenoirePierrette Francia
188520 ansService MilitaireTerrenoireExempté suite blessure au pied : 3 doigts coupés au pied droit
189126 ansDomicile54 rue de Lyon
Rive de Gier
20 06 189126 ansMariageRive de GierMarie Louise Seyssel
189227 ansDomicile4 rue Victor Hugo
Saint Chamond
Membre du groupe Les amis de Ravachol de Saint Chamondcorrespondant local du Pre Peinard
11 07 179227 ansExcution de RavacholMontbrisonAprès deux procés, le 26 avril devant la Cour d'assises de La Seine et le 21 juin à Montbrison
02 05 189328 ansArrestationSaint ChamondA entonné des chants révolutionnaires et déployé le drapeau rouge.
03 05 189328 ansJugement du tribunal26 Place de la Liberté
Saint Chamond
Outrage agent de police
6 jours de prison
189328 ansActivitè anarchiste26 Place de la Liberté
Saint Chamond
Constituait une bibliothèque pour le groupe
21 11 189328 ansPerquisition26 Place de la Liberté
Saint Chamond
Fait l'objet d'une perquisition comme beaucoup de ses compagnons
01 01 189428 ansArrestationSaint ChamondEst arrêté avec Jean Cote et Neyret et a été accusé d’avoir donné des brochures anarchistes à des militaires de Saint Chamond et d'Izieux. Lors de sa fouille, la police a trouvé deux lettres de Sébastien Faure et A. Dumas.
Vers 190036 ansActivitè anarchistedisparu ou nomade
Inscrit sur l'état vert n°4 des anarchistes
(état des anarchistes signalés comme disparus ou nomades)
190036 ansDisparitionVu dans La MarneSignal comme disparu du département de la Loire, circulait à pieds dans la Marne au milieu des années 1900 à la recherche de travail
27 07 190136 ansMariage de François MariusSaint Chamondavec Josephine Julia Ageron
24 06 190338 ansFausse déclarationSaint EtienneGarinand Franois, âgé de 39 ans, se présenta au bureau central. "Une bande d'individus, déclara-t-il avec un aplomb imperturbable, viennent de voler une -trentaine de mille francs"
27 06 190338 ansIncarcrationMaison d'arrét de St EtienneVétements portés l'arrivée
Chemise couleur - Veste, gilet et pantalon noirs -Brodequins
05 07 190338 ansCité dans un articleLyonJournal le peuple de Lyon N° 80
07 07 190338 ansJugement du tribunal57 rue Alsace Lorraine
Saint Chamond
Abus confiance, détourne la somme de 600 frs au préjudice de la bourse de travail de Saint Chamond
Condamné à 6 mois de prison
22 07 190338 ansSortie du tribunalMaison d'arrét de St Etienne25 jours de prison (condamné à 6 mois)
20 09 190338 ansMariage de FranciaSaint Chamondavec Stéphane Marie Gérin
26 04 190439 ansDivorceRive sur GierDivorce la demande de Claudine Seyssel

2 commentaires

  • GALARDELLI MICHEL

    Je suis très intéressé par tous renseignements me permettant de retrouver la trace de mon arrière grand père GALARDELLI, Eugène
    Né le 14 décembre 1857 à Florence (Italie) – Peintre en bâtiment – Italie – Nice (Alpes Maritimes)
    mercredi 18 janvier 2017
    par R.D.
    popularité : 8%

    Signalé comme ayant disparu de Nice en octobre 1903, Eugène Gallardelli avait été inscrit à l’état vert n°4 des anarchistes disparus et/ou nomades.

    Sources : AD Marne 30M83 // Etat signalétique confidentiel des anarchistes disparus et des anarchistes nomades, n°4, avril 1904 //
    Merci je dépose ce message comme une bouteille à la mer,

    • jcl3391

      Bonjour
      Je n’ai aucun élément dans mes ancêtres qui pourrait vous aider
      Les données sur les anarchistes sont difficiles à obtenir. Moi-même, je n’ai rien d’autre que ce que j’ai écrit dans l’article.
      je vous souhaite bonne chance dans vos investigations
      Jean-Claude

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *