Ma grand-mère paternelle, Pilar : Le résultat de mes recherches en France et en Espagne

Point de départ
Le premier document qui m’a permit d’avancer dans cette recherche est le dossier de naturalisation, un document d’une quarantaine de pages,  riche d’informations que j’ai pu obtenir en me déplaçant aux archives nationales à Fontainebleau.

Ma grand-mère Pilar est donc arrivée en France (à Saint Jean de Luz)  en 1912 avec sa famille, son père étant décédé 8 ans plus tôt. Elle avait 15 ans et arrivait d’Espagne, de Miranda del Ebro (province de Burgos) où elle est née le 18 octobre 1897 et où elle a passé toute son enfance.

Deux ans plus tard, femme de chambre,  elle habite avec sa mère à Saint Jean de Luz ** et se marie avec mon grand-père Julien. En mars 1915, la société Loucheux qui emploie mon grand-père comme chef de chantier l’envoie à Bassens (Gironde) ou ils resteront jusqu’en décembre 1917.

** On en saura plus le jour où les recensements de la ville seront en ligne.

Les Parents de Pilar : Sebastiana et Joseph
Trouver des informations en Espagne sur les parents de Pilar n’est pas chose simple :

  1. Aucun registre en ligne (du moins pour les provinces qui nous intéressent).
  2. Aucune possibilité de traiter avec les archives locales pour d’éventuelle recherche.
  3. Même en se rendant sur place pour consulter les registres, il faut plusieurs semaines pour obtenir un rendez-vous et les photocopies sont souvent interdites.Tous ces points s’ajoutant au problème de langue, la seule solution est de se faire aider par les forums de généalogie espagnols. Il y en a un par province.

Concernant S. Cantabrana
Sebastiana est née à Treviana, un village de la province de La Rioja. Le lieu et la date de naissance se trouvait sur son acte de décès, un document qui a été facile à obtenir puisqu’elle est décédée à Toulouse, le 12 Août 1942.
Sur le forum de la province La Rioja, j’ai pu trouver une personne, Jesús, qui pouvait aller consulter les registres de Treviana qui se trouvent aux archives de Lenogro. J’ai pu lui demander une mission, trouver deux actes d’état civil et établir une copie de :

  1. l’acte de naissance de Sébastiana.
  2. l’acte de mariage de ses parents, Trifón et Dominica
TREVIANA (Valle del Río Tirón). La Rioja. 2007 - Photo réalisé par Carlos Sieiro del Nido - panoramio.com

TREVIANA (Valle del Río Tirón). La Rioja. 2007 – Photo réalisé par Carlos Sieiro del Nido – panoramio.com

L’acte de naissance de Sebastiana
L’acte a été trouvé et voici la réponse de Jesús, qui a recopié les informations contenues dans le registre.

Libro 8 de Treviana folio 153v. Sebastiana Cantabrana Molina. Nacida el 19/01/1860 hija de Trifón Cantabrana y Dominica Molina. De oficio jornaleros. Nieta de Sebastián Cantabrana y Faustina Manzanares naturales del mismo lugar. Abuelos maternos fueron José Molina y Catalina García.

Traduction :
Livre 8 de la ville de Treviana, feuillet 153v.
Sebastiana Cantabrana Molina, née le 19/01/1860,
Fille de Trifón Cantabrana et Dominica Molina.
Exerçant le métier de journalier.
Petite-fille de Sebastián Cantabrana et Faustina Manzanares
Vivant dans le même village.
Les grands-parents maternels sont  José Molina et Catalina García. 

L’acte de mariage des parents de Sébastiana : Trifón Cantabrana et Dominica Molina
Partant du principe qu’ils avaient du se marier dans la même ville, j’ai demandé à Jesús de rechercher un mariage dans les années qui précèdent 1860. L’acte a été retrouvé, voici les données :

En el libro 4 de casados de Treviana en el folio 9v. Se casarón el 11/11/1853 Trifón Cantabrana de 24 años hijo de Sebastián Cantabrana y de Faustina Manzanares y Dominica López de la Molina de 24 también hija de José López de la Molina y Catalina García.  Sin más datos.

Traduction :
Dans le livre de mariage 4 de la ville de Treviana, feuillet 9v.
Se sont mariés le 11/11/1853
Trifón Cantabrana, 24 ans,  fils de Sebastián Cantabrana et de Faustina Manzanares et
Dominica López de la Molina, 24 ans,  fille de José López de la Molina et de Catalina García.
Sans plus de données.

Premières conclusions :
Mon arrière grand-mère paternelle Sebastiana et ses parents sont nés à Tréviana. Un village qui semble être le lieu d’où est originaire une grande partie de nos ancêtres de la lignée paternelle.

Sébastiana y est née en  1860 tout comme ses parents, Trifón  et Dominica en 1829. Par ailleurs, Jesús, a remarqué que dans les registres de Tréviana, il y avait beaucoup de López de la Molina.

Tréviana est un vieux village qui apparaît dans les textes dès les années 890. Durant le 19ème siècle, il fut très prospère avec plus de 1200 habitants, 260 maisons et une activité orientée vers la céréale, la vigne et une multitude de métiers de service liés à la terre comme le forgeron. Aujourd’hui, le village  ne compte plus que 260 habitants.

Concernant J. Gonzalez :
Mon arrière grand-père, Joseph Gonzalez, lui est né à Sièro une petite ville située à 370 km à l’est de Treviana. Comment a-t-il connu Sebastiana, où se sont-il mariés ? Il est difficile de le savoir et d’obtenir leur acte de mariage.

Peut-être a-t-il été attiré par Treviana dont l’activité était très florissante à cette époque. Dans ce cas, on devrait trouver l’acte de mariage dans les registres de Treviana. Ce sera l’objet d’une prochaine recherche.

Ce qui nous intéresse pour le moment, ce sont les circonstances de sa mort.

Anuario de ferrocarriles españoles - 1903

Anuario de ferrocarriles españoles – 1903

En effet, la mémoire familiale indiquait qu’il était mort dans un accident de train, information partiellement confirmée par l’acte de décès qui indique qu’il est décédé à l’âge de 42 ans, à la gare ferroviaire de Medina Del Campo. Peut-on trouver trace de cet accident sur la presse locale ?

Les premières recherches permettent de trouver des annuaires (Anuario de ferrocarriles españoles) qui recensent l’ensemble du personnel des chemins de fer espagnols. Celui de 1903 donne des informations sur José Gonzalez. Il fait partie de la Section des Inspections Principales d’Exploitation avec la fonction de Chef de la quatrième classe à Pozaldez, petite ville située à 9km de Médina Del Campo.

Les accidents de train sont répertoriés en Espagne et à cette date, il n’y en a eu aucun sur Medina del campo. Cette information  m’a été confirmée par le forum de Valladolid qui m’a transmis un petit article de presse paru le 6 février 1904 sur le journal «El Lábaro» :

El Labaro, le 6 février 1904

El Labaro, le 6 février 1904

« Ha fallecido repentinamente a causa de un derrame cerebral en la oficina de pequeña velocidad de la estación de Medina del Campo, el sub-jefe de la misma D. José González” » 

Traduction :
« Est subitement décédé, à cause d’une attaque cérébrale, dans le bureau de petite vitesse de la station de Médina del Campo, le sous-chef de la station D, José González » 

Merci à Rosa du forum GenValladolid pour le temps passé dans la recherche et l’envoi de l’information.

Jean-Claude

Recherche à entreprendre prochainement
– Acte de mariage de José et Sebastiana
– Acte de naissance de Dominica López de la Molina en 1829
– Acte de naissance de Trifon Cantabrana en 1829
– Acte de mariage des parents de Dominica
– Acte de mariage de des parents de Trifon

Copyright : novembre 2015 – reproduction des textes et photos interdites sans autorisation

 Sources :
 -  Anuario de ferrocarriles españoles de D. Enrique de la Torre
 -  Site de presse ancienne - http://hemerotecadigital.bne.es/index.vm?lang=fr
 -  Wikipedia - https://es.wikipedia.org/wiki/Wikipedia:Portada
 -  Forum de Yahoo   "GenValladolid" et "Gen_rioja"
 -  Archive diocesaine de Lenogro 
 -  Archives Nationales à Fontainebleau
 -  Archives des Pyrénées Atlantique
 -  Presse : El Labaro