Romon : résultat des dernières recherches en Espagne

A la suite des recherches que j’ai mené chez les Mormons ainsi que celles menées par Victor sur les registres de Fontihoyuelo, aux archives de Valladolid (Espagne), l’arbre généalogique de la lignée Romon s’est enrichi de nouveaux ancêtres.

Je comptabilise maintenant 6 générations à partir de mon Grand-père Julien. Tous ces ancêtres sont nés, se sont mariés et ont vécu à Fontihoyuelo. A ce jour, le plus ancien, Andres, est né vers les années 1720.

Voici la liste des ancêtres avec leurs dates de mariage :

  1. Julien Romon & Pilar Gonzalez mariés le 4 Aout 1914 à St Jean de Luz (mon grand-père)
  2. Maximo Romon & Remija Bueno – date de mariage en cour de recherche
  3. Buenaventura Romon & Marcelina Alonso mariés en décembre 1848 à Fontihoyuelo
  4. Juan Romon & Juliana Arguello mariés le 16 février 1822 à Fontihoyuelo
  5. Vicente Romon & Leonor Martinez mariés 17 juin 1789 à Fontihoyuelo
  6. Andres Romon & Maria Theresa Huerta mariés le 4 mars 1752 à Fontihoyuelo

L’acte de mariage d’Andres

L’acte de mariage d’Andres Romon et Maria Theresa Huerta (document ci-dessous) précise qu’ Andres est veuf. Le nom sa première femme est Juana Romon. Le fait que Juana porte le même patronyme (Romon) que son mari n’est pas inhabituel dans la lignée des Romon. On retrouve un cas similaire avec Romon Esteban et Romon Maria qui se sont mariés dans les années 1840 ainsi qu’une étrange situation avec deux patronymes “Alonso Romon” et “Romon Alonso” qui sont inversés. ( voir § suivant)

Tout cela s’explique par la démographie de Fontihoyuelo : En 1857, le village ne compte que 390 habitants et les Romon y occupent une grande partie de cette population. Prenons par exemple un registre de cette période qui contient 270 actes de naissance, 50 enfants sont des Romon. Cela correspond à un taux de 18,6 % soit environ 1/5ème de de la population.

Andres Romon X Maria Teresa Huesta

Informations contenues dans le document : Le quatre mars mille sept cent cinquante deux , j’ai marié….. ….. Andres Romon veuf de Juana Romon et Maria Teresa Huerta fille de Manuel Huerta et de Teresa Panero …. témoins Manuel Condé et Josep Lozano . …. . Santiago Villacis

 

Etrange : Romon Alonso et Alonso Romon

Lors de mes recherches, un élément a attiré mon attention. Maria Alonso Romon possède un patronyme inversé à celui de mon arrière grand-père (Maximo Romon Alonso). De plus, les grands parents de Maria, Vicente Romon & Leonor Martinez font partie de mes ancêtres. Une situation qui m’a apparu singulière et que j’avais du mal expliquer. Seul, la création d’un schéma m’a permit de comprendre les tenants et aboutissants de cette situation

Arbre Romon copyright

Au départ, Vicente Romon & Leonor Martinez se marie le 17 juin 1789 à Fontihoyuelo et ont plusieurs enfants dont Juan et Joaquina. Juan se marie à Juliana et donne naissance, entre autre, à Buenaventura. Ce dernier se marie avec Marcelina Alonso.

Les parents de Marcelina sont Antonio Alonso et Ysabel Ramos qui décède jeune, vers l’âge de 40 ans. Antonio Alonso se remarie avec Joaquina Romon qui devient la belle-mère de Marcelina qui doit avoir environ 15 ans. Plus tard, elle se mariera  avec Buenaventura Romon qui n’est autre que le petit neveu de Joaquina, sa belle mère. Les enfants du couple s’appelleront donc “Romon Alonso” alors La fratrie de Marcelina s’appelle déjà “Alonso Romon”.

L’arbre généalogique complet des Romon

L’arbre démarre à Maximo le père de Julien Romon. En procédant de cette manière, je peux filtrer uniquement les ancêtres de la lignée Romon. Il contient 29 ancêtres et presque tous sont originaires de Fontihoyuelo.

On notera qu’à l’emplacement N° 261 apparait une Romon Maria

Romon Maximo copyright

Double cliquez sur l’image pour l’agrandir

Jean Claude

Copyright - août 2016 -
Reproduction des textes et des photos interdites sans l'autorisation de l'auteur

Source :
- Microfilm N° 1361457 - Familysearch.org
- Visualisation des registres de Fontihoyuelo aux Archivs de Valladolid

 

Le point sur mes recherches en Espagne – 1

Mis à jour le 9 sept 2015

Depuis plusieurs semaines, je me consacre aux recherches en Espagne. Elles se sont orientées sur plusieurs régions en fonction des lieux de naissances, décès ou domiciles connus à ce jour.

Voici le détail les informations en ma possession et les régions concernées :

Concernant mon grand-père Julien :

  • La province de Valladolid dont la capitale est Valladolid.
    1888 – Naissance de mon grand père Julien à Fontihoyuelo.
    1853 – Naissance de Alonso, le père de Julien, à Fontihoyuelo.
  • La province de Palencia  dont la capitale est Palencia.
    1914 – Domicile des parents de Julien à Boadilla de Rioseco.

Concernant ma grand-mère, Pilar :

  • La province de Burgos dont la capitale est Burgos.
    1897 – Naissance de ma grand-mère Pilar à Miranda de Ebro.
  • La province de Riojà dont la capitale est Lenogro.
    1860 – Naissance de Sébastianna, la mère de Pilar, à Tréviana.
    Les Parents de Sébastianna, Trifon et Dominica, sont aussi natifs de Tréviana.
  • La province de Valladolid dont la capitale est Valladolid.
    1904 Décès de Joseph, le père de Pilar, à Medina del Campo.
  • La province de Asturias dont la capitale est Ovedio.
    1860 – Naissance de José, le père de Pilar, à Sièro.
    Les parents de José, Bernardo et Maria, sont aussi natifs de Siero.

La province de Riojà (naissance de Sebastianna Canta..)

J’ai commencé les recherches par Tréviana car j’avais la date de naissance de Sebastianna (20-01-1862). L’objectif est de trouver des informations sur ses parents : T. Cantabrana et D. Molina. Les documents, datés d’avant 1870, sont archivés à Lenogro, aux « archivo diocesano » : http://www.iglesiaenlarioja.org/archivo/home.html

Province de  la Riojà - Source : Photo réalisée par TUBS - site Wikipédia

Province de la Riojà – Source : Photo réalisée par TUBS – site Wikipédia

Les recherches sont difficiles. Il n’existe aucun registre en ligne et il semble que les archives n’effectuent pas d’envoi par la poste. Par ailleurs, il n’est pas possible de photocopier les documents. La seule solution est de recopier les données et de les faire certifier par les archives pour une somme de 10 à 20 euros.

Grâce à un forum de la province de Riojà sur la généalogie, j’ai un contact pouvant effectuer des recherches sur place, aux archives d’Ovédio. Le délai de rendez-vous pour consulter les registres est plusieurs semaines. Soyons patient !

Jean-Claude
Copyright : septembre 2015 – reproduction des textes et photos interdites sans autorisation

*Note sur la confidentialité: dans l'espace public qu'est le blog, j'essaye de préserver dans les articles une certaine confidentialité ainsi que le respect de la vie privé. Pour cette raison, les noms et prénoms ne sont pas associés dans une même phrase.

 

Note : méthode pour réaliser des traductions en espagnol.

Aux difficultés de recherche citées plus haut, vient s’ajouter le problème de la traduction en espagnol des emails.  Si ceux-ci ne sont pas correctement rédigés, il n’y a aucune chance d’avoir une réponse. Pour ma part, ne parlant pas espagnol, j’utilise une méthode qui donne des bons résultats.

J’utilise le site www.Reverso.fr. La création d’un compte permet de ne pas avoir de limite dans la longueur des textes. 

  1. Je saisi mon texte en français, sans faute d’orthographe et avec des phrases courtes.
  2. Je lance la traduction automatique.
  3. Je sauvegarde ensuite les deux textes (français et espagnol) dans un fichier texte.
  4. Je relance la traduction automatique, mais cette fois ci en sens inverse (de l’espagnol vers le français).
  5. Je note tous les mots mal traduits (souvent des verbes à plusieurs sens) et je les reporte un par un dans la fonction « Context » du site.
  6. Cette fonction me permet de trouver la bonne expression en fonction des situations. Je change ensuite les mots et vérifie mon texte jusqu’à obtenir une bonne traduction en français. 

La méthode est un peu longue, mais c’est la seule solution pour obtenir une traduction convenable. Comptez 1 heure pour un texte d’une dizaine de lignes.

Fontihoyuelo : Recherches sur les origines de la famille ROMON.

Notre grand-père Julien* est né le 23 mars 1888 à Fontihoyuelo, petit village d’Espagne, tout comme son père Maximo, son grand père Buenaventura et son arrière grand père Juan. Quatre bonnes raisons pour que l’on s’intéresse à ce petit village.

Fontihoyuelo est un village très ancien, il est cité dans des archives du 11ème siècle. Son nom provient de l’ancien terme « Fuente Foilolo » (qui signifie en langue ancienne : source dans le trou) en référence aux nombreuses sources du village. Au 15ème siècle, il était sous la domination du Grand Maître de Santiago. 

Vue de Fontihoyuelo (souce barbarobarbarez Wikipedia)
Vue de Fontihoyuelo (souce  barbarobarbarez Wikipedia)
« 1 de 6 »

Fontihoyuelo est à 802m d’altitude, niché dans le creux d’un vallon. Il fait partie de la comarque de « Tierra de Campos », une région vallonnée dont certaines collines sont surmontées de châteaux. II est situé sur un chemin qui mène à Saint Jacques de Compostelle, dans le nord de l’Espagne, entre Burgos et Léon, à environ 150 km du Portugal. C’est aujourd’hui une région considérée comme le grenier de l’Espagne.

En 1847, le village compte 70 maisons et un peu de moins de 400 habitants. 32 garçons et filles vont à l’école. Le village produisait du blé et de l’orge. Il possédait aussi des vignes, des moutons et des mulets. Certains habitants fabriquaient de la laine et du fromage. L’exode de la population a commencé vers les années 1900 et s’est poursuivit jusqu’en 1960. Aujourd’hui Fontihoyuelo avec 29 habitants est l’un des villages les moins peuplés de la région.

Grand-père Julien* est arrivé en France en 1904 à l’âge de 16 ans. Il avait trois frères et deux sœurs :

  1. Théodore né en 1884, charron, résidant à Valence en Espagne
  2. Marceline née en 1886, sans profession, résidant aussi à Valence
  3. Eusébio né en 1894, Employé des chemins de fer à Irun
  4. Francoise née en 1896, sans profession, résidant à Toulouse
  5. Désidério né en 1905, Cultivateur, résidant à Valladolid

Tous ses frères et soeurs sont nés à Fontihoyuelo.
.

Recherches généalogiques
Les recherches généalogiques sur l’Espagne sont un peu compliquées car les registres sont difficiles à trouver sur Internet.

L’état civil a été créé en 1870. Celui de Fontihoyuelo a été numérisé par les Mormons et mis en ligne sur leur site https://www.familysearch.org/. Avant cette date, les registres  étaient tenus par les prêtres de paroisse.
Celui du village a bien été numérisé, il remonterait jusqu’en 1500 mais n’est pas disponible en ligne. Il doit être consulté dans les locaux de l’Eglise de Jésus-Christ (Mormon). En France, il en existe plusieurs par département. Une demande sera faite en septembre prochain pour transférer le microfilm. La visualisation de celui-ci est prévue pour octobre / novembre. J’espère qu’il apportera de nouvelles informations.

Jean-Claude
Copyright : juin 2015 – reproduction des textes et photos interdites sans autorisation

*Note sur la confidentialité: dans l’espace public qu’est le blog, j’essaye de préserver dans les articles une certaine confidentialité ainsi que le respect de la vie privé. Pour cette raison, les noms et prénoms ne sont pas associés dans une même phrase. Les articles précédents seront mis à jour au fur et à mesure.