L’histoire de la famille Caron 3/3

Descendance Caron
1-Louis Caron > 2-Antoine Caron > 3-Charles Antoine Caron > 4-Antoine Caron >
5-Simon Caron > 6-Marie Louise Caron > 7-Jean-Baptiste Adolphe Caron >
8-Jean-Baptiste Jules Désiré Caron>  9-Désiré Léon Caron >
10-Yvonne Henriette Léonie Caron > 11- Solange

 

Génération 8 – Jean-Baptiste Jules Desiré CARON (1840 – 1920) Les Essarts Le Roi

Jean-Baptiste est né le 28 décembre 1842 dans le hameau de Montenoy, commune de Saint Aubin dans la Somme (acte en ligne). Il aura un surnom : Clovis.

Depuis 1832, l’armée est constituée d’appelés et d’engagés. (1) Un service militaire de 7 ans a été mis en place avec recrutement et tirage au sort à l’age de 20 ans. (en savoir +)

Tirage au sort

Billet de conscription
Vive la Classe  – Honneur – Patrie – tirage au sort   [estampe source BNF]

Clovis sera donc soldat jusqu’en 1869. Durant ces sept années, il sera mis très souvent en congé et devra obtenir une autorisation de son général pour se marier, autorisation qu’il obtiendra en 1869. Cela explique les trois enfants qu’il aura, hors mariage, avec Marie Célina Lefeuvre. Ils se marieront (3) en 1869 et reconnaîtront leurs 3 enfants : Hector 4 ans, Edmond 3 ans, Désiré Léon 1 mois. Il résiderons ensuite à Bussy-lès-Poix, village de naissance de Marie Celina.

1 ans plus tard, Il participera probablement à la guerre contre les Prussiens (1870-71) ces derniers étant arrivés jusqu’en Picardie. Ils ont attaqué et pris Amiens le 27 novembre 1871.

En 1872 naîtra Marguerite.

En 1881, Clovis n’apparaît plus dans le recensement du village et en 1883 , une information (2) de divorce est notée sur les tables décennales à la date du 28 mai. En 1889, sur la fiche militaire du fils Désiré Léon, il est noté : “Domicile du père inconnu”

En 1897, on retrouve Clovis (Jean-Baptiste) sur l’acte de naissance de sa petite fille à Saint Hubert (commune les Essarts le Roi – Yvelines). Il a du arriver dans ce hameau quelques années plus tôt.

Plus tard, on a la surprise de retrouver dans les recensement 1901  et 1911 de Saint Hubert, Marie Célina et Jean-Baptiste, ensemble ! Ils étaient pourtant divorcés. (2)

Ils vivront à Saint Hubert jusqu’en 1911, date à laquelle on perd leurs traces. Les actes d’états civils, trop récents, ne sont pas encore disponibles

 

Génération 9 – Désiré Léon CARON (1870 – 1950) Les Essarts le Roi

Désiré Léon est né le 24 mars 1869 à Bussy-lès-Poix où il passera son enfance. A l’âge de 20 ans, après son recrutement militaire, il est affecté au 16ème bataillon de chasseur basé à Amiens. En septembre 1893, il est renvoyé en congé.

A cette date, Il s’installe à Salouël un petit village de la périphérie d’Amiens. Il y retrouve son frère Edmond et deviendra comme lui, ouvrier d’usine. C’est probablement dans la même usine qu’il rencontrera Christine Demarest, elle aussi ouvrière d’usine. Ils se marieront le 21 septembre 1895.(4)

L’année suivante, ils partiront rejoindre leurs parents dans le Hameau de Saint Hubert, commune Les Essarts Le Roi. Là, naîtront leur 4 enfants :

  1. Jeanne née en 1897 (la tante Jeanne)
  2. Marceau né en 1899
  3. Kléber né en 1900
  4. Yvonne née en 1903 (ma Grand-mère)

Recensement Saint hubert - 1906 -Caron Desmarest

Recensement 1906 des Essarts le Roi

En 1915, à 46 ans, il est rappelé dans l’armée territoriale. Il sera affecté au 12ème régiment d’infanterie territoriale qui interviendra en Belgique, défendra Calais et effectuera divers travaux comme la réfection de route.

Artillerie de campagne retouchée

Départ du régiment d’Artillerie de Versailles
(sources G. Chérau – argonnaute.u-paris10.fr)

Clovis sera ensuite muté au 22ème régiment d’artillerie de campagne qui est basé à Versailles et interviendra dans la bataille de Verdun. Début 1917, le régiment se restructure. Il est alors détaché comme ouvrier agricole à la préfecture de Versailles et sera affecté aux Essarts le Roi.

Désiré Léon décédera à Paris, 99 rue du faubourg Saint Denis, le 27 janvier 1953.

 

(1) En savoir plus sur le recrutement militaire à partir de 1832
(2) Une recherche pour obtenir le jugement du divorce est en cours.
(3) Acte de mariage de Jean-Baptiste et Marie Célina
(4) Acte de mariage de Désiré Léon et Christine Hortense

 

L’histoire de la famille Caron 2/3

Descendance Caron
1-Louis Caron > 2-Antoine Caron > 3-Charles Antoine Caron > 4-Antoine Caron >
5-Simon Caron > 6-Marie Louise Caron > 7-Jean-Baptiste Adolphe Caron >
8-Jean-Baptiste Jules Désiré Caron>  9-Désiré Léon Caron >
10-Yvonne Henriette Léonie Caron > 11- Solange

 

Génération 4 – Antoine Caron (1720 – 1760) – Bougainville (Somme) 
Antoine est né en 1718. Ses parents, Charles Antoine et Antoinette Desaint habitent toujours Bougainville qui compte alors 190 familles. Antoine se marie à 26 ans avec Marie Louise De Vallencourt, le 10 Novembre 1744.

Marie Louise est né, elle aussi, à Bougainville. Son père est menuisier tout comme celui d’Antoine. Ils ont peut-être travaillé ensemble.
Après leur mariage, Simon et Marie Louise resteront à Bougainville ou naîtra Simon Caron le 21 mai 1748.

Antoine ne prend pas le métier de son père, menuisier, mais celui de son grand père: Houppier.  Est-ce un choix? Les houppiers forment sur Amiens une grande communauté qui semble puissante ce qui n’est pas le cas pour les menuisiers. Il est aussi possible qu’un de ses frères ait repris le métier de son père.

 

Génération 5 – Antoine Caron (1750 – 1790) –  Bougainville (Somme)
Simon se marie avec Marie Rose Cocu le 30 mars 1766. Il a 17 ans, un âge très jeune pour l’époque. Marie Rose a 22 ans. Eux aussi vont continuer à vivre à Bougainville et comme son père, il sera Houppier.

Il ont 5 enfants et la dernière, Marie Louise, va naître le 9 juin 1787.
En 1793, Simon décède, chez lui, à 1 heure du matin. Marie Louise a alors 5 ans.

 

Génération 6 – Marie Louise CARON (1790 – 1840) – Bougainville (Somme)
Marie Louise a 17 ans lorsque sa mère, Marie Rose, décède. Elle est recueillie par son frère Simon qui réside rue Saint Aubin à Bougainville.
A 22 ans, elle accouche d’un enfant naturel. Un petit garçon auquel elle donnera les prénoms de Jean-Baptiste Adolphe.

Fileuse

Elle se marie ensuite avec Louis Vasseur et fonde une autre famille. elle est fileuse de laine.

Comme beaucoup de d’ouvrières employées par les manufactures d’Amiens, elle travaille chez elle. On lui porte des paquets de 13 ou 14 livres qu’elle doit filer sur un rouet. Les “couverturiers” et les “drapiers” qui emploient ces ouvrières exigent qu’elles filent plus ou moins fin suivant l’emploi qu’ils veulent en faire.

Elle décède à l’age de 50 ans le 30 novembre 1837.

 Source photo: La servante du curé de jean Jacques Lequeu (1757-1825) – BNF

 

Génération 7 – Jean-Baptiste Adolphe CARON ( 1810 – 1880) –  Saint-Aubin Montenoy (Somme) 
Jean Baptiste est donc né de père inconnu, le 3 mai 1809. Il va être le premier à quitter Bougainville.
Il se marie avec Marie Anne Divine Vacassin. Ils ont respectivement 21 et 24 ans. Marie Anne est de Saint-Aubin-Montenoy, un petit village voisin. C’est donc là que le mariage se déroule le le 17 août 1830. C’est aussi dans ce village qu’ils s’établiront. Jean-Baptiste Jules Desiré  va naitre le 28 décembre 1842.

Dans un premier temps, Jean-Baptiste est valet de charrue, c’est à dire qu’il est employé à la journée, au mois ou à l’année par les cultivateurs du village.
Plus tard il achetera quelques arpents de terre et l’exploitera comme “ménager”.
Sur les dernières années de sa vie, il sera berger et gardera toutes sortes d’animaux de la ferme.

Il décédera à 67 ans le 6 décembre 1876.

 

Sources de l’article :

1-Acte de mariage de d’Antoine Caron et Antoinette Desaint

2-Acte de mariage de de Simon Caron et Marie Rose Cocu

3-Acte de naissance de Jean Baptiste Caron

4-Acte de mariage de Jean Baptiste Caron et Marie Anne Divine Vacassin